Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Angers (49). Un avenir très sombre pour les Ardoisières

Publié le par REVEL Stephane

Les pertes s'accumulent. Les recherches de nouveaux gisements n'ont toujours rien donné. La direction va faire des annonces lundi.

Que va annoncer lundi matin la direction des Ardoisières lors du comité d'entreprise ? « Je donnerai les infos aux instances représentatives du personnel », affirme, laconique, Philippe Dufour, le directeur général de l'entreprise de Trélazé.

Selon nos informations, c'est « au minimum un gros plan social » qui serait envisagé. Voire même une fermeture pure et simple du site.

Les mauvaises nouvelles ont bruissé jusqu'à la préfecture. Dans l'entourage du représentant de l'État, on ne voulait, hier soir, y voir qu'une rumeur. De son côté, Marc Goua, le député-maire de Trélazé, botte en touche.

« Je ne suis ni optimiste ni pessimiste. On verra ce que nous dit la direction. Pour l'instant, je ne sais rien du tout », assure Hervé Sabba, le délégué syndical de la CGT qui a d'ores et déjà prévu d'organiser une assemblée générale lundi après-midi car, après, « les collègues seront toute la semaine en chômage partiel ». Une semaine de plus sans travailler : on en compte une bonne quinzaine depuis le 20 mai.

« Ça fait mal aux tripes »

« Nous restons fortement déficitaires, dans un contexte de marché et de crise que nous connaissons tous », justifiait, en août dernier, Philippe Dufour.

À l'époque, il espérait beaucoup de la découverte de nouveaux gisements du côté de La Daguenière, par moins 400 m sous le niveau de la mer. Ces recherches n'ont pourtant toujours rien donné. « C'est préoccupant, admet Hervé Sabba. Et ça fait mal aux tripes car on ne parvient pas à fournir les clients en pierre de premier choix. Nous n'avons pas la matière première alors qu'il y a des années, nous avions trop de stock ! »

Les pertes de l'entreprise, qui appartient au groupe Imerys, s'élèveraient à plus de 3 millions d'euros depuis le début de l'année. Les 160 salariés croisent les doigts.

Jean-François MARTIN

Dimanche 24 novembre 2013 Ouest France Entreprises

Commenter cet article