Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En hommage aux mineurs

Publié le par REVEL Stephane

Saint-Léger-du-Bois

Dernièrement, une plaque souvenir a été posée au-dessus du site du puits des Barbottes, à l’entrée du Grand Moloy, en souvenir d’un dramatique accident survenu il y a 160 ans.

On parle d’Épinac-les-Mines et de ses anciens puits, mais il ne faut pas oublier que les communes environnantes – à l’instar de Saint-Léger-du-Bois – ont également eu leur épopée minière et leur cortège d’épisodes douloureux.

C’est celui survenu le 3 janvier 1855 que remémore la plaque souvenir fabriquée, offerte et installée à l’entrée du Grand Moloy par l’association Sauvegarde du patrimoine industriel d’Épinac. Un événement dramatique raconté par Monique Boisseau, habitante de Saint-Léger-du-Bois, qui s’est longuement penchée sur l’histoire de sa commune.

« Le 3 janvier 1855, durant des travaux, six hommes sont bloqués dans une galerie, surpris par l’invasion subite des eaux. Malgré les secours apportés de tous côtés pendant 26 jours par les habitants de la commune, les directeurs, les ingénieurs, les mineurs d’Épinac et de Marvelay, l’ingénieur en chef des mines, le garde-mine, le sous-préfet et le procureur impérial d’Autun, rien n’y fait pour arriver à sauver les malheureux demeurant tous au Petit et au Grand Moloy. Il s’agit de : Philippe Berthault, époux Jeannin, 44 ans ; Jacques Chauveau, époux Repiquet, 30 ans ; Antoine Jeannin, époux Muzard, 45 ans ; François Lafouge, époux Bélorgey, 41 ans ; Laurent Laroue, époux Guillaud, 36 ans ; Jean Rousseau, époux Bergeret, 40 ans.

Ces six ouvriers ont péri dans l’accident et sont enfermés dans une galerie dont l’entrée est rendue impossible par une masse d’eau. À l’effet de suppléer à l’acte de décès, un procès-verbal de jugement du Tribunal d’instance d’Autun est dressé et annexé au registre de l’État-civil le 30 janvier 1855. »

Aujourd’hui, cette plaque souvenir leur rend hommage, venant enrichir l’histoire des mines locales et le circuit des Gueules noires.

Commenter cet article