Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Neuves-Maisons : l’atout carreau de l’ancienne mine de fer

Publié le par REVEL Stephane

Le tourisme industriel a de l’avenir s’il s’appuie sur le réseau associatif, le bénévolat, le mécénat, de nécessaires subventions publiques dans la proximité d’un bel environnement naturel.

C’est tout à fait le cas du site de l’ancienne mine de fer de Neuves-Maisons. Le carreau minier vient d’être réaménagé et officiellement inauguré hier. On peut dire que ce carreau est un atout pour le développement touristique d’un secteur allant de Toul à la colline de Sion que l’on peut d’ailleurs voir depuis le site minier à l’orée de la forêt de Haye, dont le cadre de verdure permet des spectacles à l’antique. C’est là que les discours d’inauguration ont été prononcés devant une nombreuse assistance sans avoir besoin d’une sono. « Ecoutez ce calme et les oiseaux » a dit le maire Jean-Paul Vinchelin juste avant le passage, réacteurs à fond, d’un autre oiseau, un Mirage de la base d’Ochey. « Les travaux se sont élevés à 150.000 €, dont 80 % de diverses subventions publiques » a-t-il précisé. Nombre de bénévoles ont pris part aux travaux dont lui-même, le mercredi, « en bleu de travail ». Il a également salué Louis Burton, curé de Chaligny, un ancien de l’Atelier mémoire ouvrière.

Pas moins de quatre conseillers régionaux représentaient Jean-Pierre Masseret. Le conseil départemental était notamment représenté par Mme Audrey Normand et M. Trogrlic, maire de Pompey, qui précisait : « ensemble nous forgerons notre avenir », tandis que le député Dominique Potier notait « ce lieu a une âme ». Secrétaire général de la préfecture et sous-préfet, M. Jean-François Raffy, a rendu hommage aux anciens « qui nous donnent les éléments pour l’avenir. Soyons fraternels et gardons espoir. » Le maire a salué le travail de l’Atelier mémoire ouvrière depuis 40 ans. M.Vincent Ferry, président de l’Agence du patrimoine et de la culture des industries, a détaillé les travaux mettant en valeur un mur et l’entrée des accus où le minerai était déchargé des wagonnets appelés « tazas » par les mineurs, puis embarqué sur les wagons du « coucou » en direction de l’aciérie.

L'est républicain le 24/07/2015

Commenter cet article