Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Deux chevalements miniatures à découvrir Petit musée de l'aspibd

Publié le par REVEL Stephane

Le petit musée du patrimoine industriel et minier de l'ASPIBD est ouvert tous les matins durant cet été, de 8 heures à 12 heures ainsi que le mercredi après-midi. Le jeudi matin, ce site patrimonial reçoit en outre les visites programmées de l'office de tourisme qui amènent les estivants sur les traces du riche passé decazevillois.

Le visiteur découvrira de nombreux matériels, produits, machines, photos d'époques, etc. Les deux galeries de mine reconstituées offrent un attrait évident. Mais les chevaux en résine, réalisés avec beaucoup de minutie, surprennent plus d'un touriste.

De plus, l'exposition consacrée à François Cabrol se poursuit jusqu'aux journées du patrimoine (en septembre). Vous pourrez ainsi connaître la destiné d'un homme qui a porté à bout de bras les projets industriels du duc Decazes et les a concrétisés.

Autre intérêt à découvrir au sein de ce petit musée : deux maquettes de puits de mine reconstitués récemment à l'échelle par Daniel Bénévent, docteur à la retraite, dont le papa était lui aussi docteur à Decazeville.

Le premier chevalement représente un puits de Brassac-les-Mines, qui était très haut et qui a été conçu dans les usines UCMD de Decazeville. Le second nous donne à voir le puits de mine méconnu de Campargue (entre Aubin et Rulhe d'Auzits). Foncé en 1919, le puits de mine de Campargue était curieusement placé en hauteur. Après des sondages favorables, lors des premiers travaux de fonçage, la présence de charbon abondant fut la saluée par le directeur de la Vieille Montage, le commanditaire dudit ouvrage qui offrit le champagne à ses mineurs.

Or, plus tard, il se révéla que le puits avait juste traversé des couches charbonneuses en relèvement et qu'il n'y avait pas grand-chose à retirer de son exploitation. Il fut abandonné dès 1920.

D'autres histoires de ce genre, sans les oublier le parcours de gens formidables, besogneux et solidaires, qui ont fait naître dans le Bassin une culture populaire et chaleureuse, vous attendent au petit musée de l'ASPIBD.

La Dépêche du Midi

Publié le 31/07/2016

Commenter cet article