Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pénestin. À la découverte de la plage de la mine d’or

Publié le par REVEL Stephane

Par Ouest-France

Chaque vendredi, Frédéric Brettier, chargé du patrimoine à Pénestin, présente l’histoire de la plage de la mine d’or à travers le prisme géologique.

Si beaucoup de gens s’y retrouvent pour profiter du soleil et de la mer, en famille ou entre amis, ils sont moins nombreux à connaître sa valeur patrimoniale. La plage de la mine d’or est un site géologique classé, unique en Europe. De sa falaise émanent les marqueurs des modifications qu’a connues le littoral sur plusieurs millions d’années.

C’est ainsi que chaque vendredi en période estivale, Frédéric Brettier, géographe de formation et responsable du patrimoine à la mairie de Pénestin, propose une visite de la plage sous cet aspect. Lors de la dernière visite, ils étaient une quarantaine de curieux à y participer.

« La première anecdote porte sur le nom de la plage, commence le géographe. En 1850, deux mineurs ont trouvé ici des paillettes d’or sur la plage, qui venaient en fait de la falaise. »

La ruée vers l’or

À l’époque, c’est l’emballement. Entre 1860 et 1914, Pénestin connaît sa propre ruée vers l’or, mais sans lendemain. Le taux d’or présent dans la falaise est en fait très faible, de l’ordre de 0,05 g/m³ de sable. Peu importe, les plus jeunes participants de la visite sont déjà à l’affût du moindre éclat sur le sol.

Et contrairement à ce que l’on pourrait s’imaginer, la teinte orangée de la falaise n’est pas due à cette présence d’or. « C’est le résultat du contact entre l’eau et le fer contenu dans ces sols, on appelle ce phénomène l’oxydation », explique Frédéric.

Une chaîne de montagne il y a 300 millions d'années

Plus loin, le guide explique comment les différentes strates de sédiments visibles dans la tranche de la falaise témoignent des différentes situations qu’a connues le littoral : « L’élément le plus marquant, c’est la trace d’un fleuve qui se trouvait là il y a 300 000 ans et qui s’étendait sur plusieurs dizaines, voire centaines de mètres de largeur. On a même retrouvé des traces d’activité humaine. »

En remontant encore beaucoup plus loin, il y a 300 millions d’années, ce n’était pas un fleuve mais bien une chaîne de montagnes, plus haute que l’Himalaya, qui se dressait là.

Si personne n’a finalement mis la main sur une paillette d’or, beaucoup se réjouissent, à l’image de Christine, une vacancière habituée du coin : « C’est vraiment intéressant, j’en apprends beaucoup sur un paysage que je côtoie depuis un moment. Et puis la géologie ça me parait ennuyant quand c’est théorique, mais de voir les choses concrètement, ça donne une autre dimension à la chose. »

Commenter cet article