Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

l'eglise du sappey en chartresue

Publié le par REVEL Stephane

Nous voici parti aujourd’hui pour visiter l’église du Sappey en Chartreuse, mais commencons par une présentation de l’histoire de cette église.

La paroisse du Sappey faisait partie du mandement de Cornillon

L'église du Sappey date du 12ème siècle et plus précisément de 1115.

Le monument fut remanié à 2 reprises: au 17ème siècle et enfin au milieu du 19ème siècle quand, avec l'aide des moines de Grande Chartreuse, il reçoit sa forme actuel, avec les 2 chapelles latérales et son clocher repris dans la partie supérieure.

Les vitraux actuels sont d'Arcabas.

Outre l’église, qui daterait de l’époque moderne pour les parties les plus anciennes et la cure, une chapelle, dédiée à la Vierge, a été édifiée en 1948 au hameau le Churut.

Il s‘agit d’une chapelle construite à l’initiative de la communauté villageoise du Sappey, son village ayant été épargné par la Seconde Guerre mondiale.

En effet les vitraux sont magnifiques et je vous conseille de vous arrêter les voir.

Voir les commentaires

la concession charbonniere de Laffrey

Publié le par REVEL Stephane

Nous venons d’obtenir des indices concernant des restes éventuels de la concession ce Laffrey.

En effet une concession de charbon était exploitée sur le site de Laffrey.

D’après les informations que nous avons obtenu un ou des tronçons de rail serait visible avec les restes d’un wagonnet juste en dessous du calvaire.

Ces informations restent à vérifier en effet sur le site de Laffrey même il n’y normalement pas de trace d’exploitation de charbon mais uniquement de plomb zinc.

En poursuivant nos recherches nous avons trouvé des infos concernant le site de Les Bigeards en effet lors de notre dernière visite dans les environs nous avions remarqué des indices dans les bois au dessus de la route.

En effet des terrasses qui ressemblent à des anciens razziers il faudra la aussi que nous entamions des recherches afin de voir si nous trouvons quelque chose dans cette zone.

Voilà nous vous tiendrons informé des développements de nos recherches dans cette zone.

Voir les commentaires

recherche des mines de Roche Berland et Californie suite 1

Publié le par REVEL Stephane

Pour faire suite à notre dernière sortie pour recherche les mines de Roche Berland et de Californie nous décidons de partir des Merlins cette fois ci.

Apres nous être gare aux Merlins nous prenons le chemin qui mène à l’affaissement de là nous prenons le sentier qui mène à l’écurie Bernard.

Dans ce mois de décembre il n’y a pas de neige mais il commence à faire froid en effet il fait 3 degrés au soleil et nous avons un temps magnifique.

Par contre quand nous passons à l’ombre nous sentons la morsure du froid.

Nous montons d’un bon pas en direction de l’écurie Bernard le sol au soleil ayant dégelé est totalement boueux tandis qu’a l’ombre il est dure comme de la pierre.

En progressant sur le chemin nous quittons le bois pour déboucher dans une prairie ou nous croisons un chasseur le terrain est toujours aussi lourd et collant.

Nous remarquons alors une concentration de voiture en effet arrivé au poteau de l’écurie Bernard nous croisons une excellente piste qu’on peut emprunter en voiture autre que 4x4 d’après ce que nous voyons.

Ceci est intéressant s’il nous faut revenir sur place nous savons qu’un accès en véhicule est possible ce qui réduit les marches d’approche et nous laisse donc plus de temps pour nos recherches.

Nous prenons la direction de St Arey Prunieres afin de franchir un petit col à 1335 mètres d’altitude afin de redescendre en direction de Fourneau pour retrouver le sentier que nous avions emprunter la dernière fois.

Ca y est le col se détache sur notre droite nous quittons alors la piste pour nous rendre au passage du col.

De là une vue magnifique s’offre à nous tous autour de nous nous voyons les sommets enneigés enfin pas tous car le Senepy de ce coté plein sud est encore tout vert.

Nous prenons la descente sur ce que nous pensons être un chemin nous traversons la prairie pour rentrer dans une pinède là le chemin qui est devenu un sentier est barré par un amoncellement de branches jetés en travers.

Nous décidons de donc de contourner cette obstacle et nous nous retrouvons dans une combe nous sommes alors pris d’un doute sommes nous sur le sentier ou bien dans le fond asséché d’un ruisseau.

En ces temps hivernaux le temps jouant contre nous après être descendu de quelques dizaines de mètres et un sentier abandonné pouvant aussi bien ressembler à une combe nous décidons de remonter en effet nous ne voulons pas nous faire prendre par la nuit pour rentrer car il va faire très froid une fois le soleil couché.

Nous débouchons à nouveau dans la prairie que nous commençons à explorer nous sommes attiré par une barre rocheuse que nous voyons devant nous en effet d’après nos documents la galerie de la Californie est dominé par des calcaires de Laffrey affleurant et il nous semble que nous sommes en présence de cette barre.

Nous nous approchons alors de la combe et là nous voyons trois chevreuils qui s’enfuient dans les bois.

Nous restons dans l’expectative sommes nous bien au bon endroit il nous reste encore du temps nous décidons donc de repasser le col pour revenir sur la piste et voir si on ne trouve pas l’arrivée du sentier que nous avons emprunté l’autre fois ailleurs.

Nous reprenons une piste qui contourne un mamelon pour déboucher à nouveau sur une autre prairie que nous parcourons là aussi.

Quand soudain notre regard est attiré par une surface sombre, nous décidons donc de nous approcher pour voir et là nous découvrons un fontis d’une diamètre supérieur à 2 mètres nous n’avons pas pu évaluer sa profondeur car il est encombre de nombreuses branches et autres végétaux.

Nous sommes au dessus de Roche Berland à 1360 mètres d’altitude donc on a pas à faire à un fontis liés à une exploitation minière mais plutôt à un phénomène naturel de dissolution de gypse par exemple ayant entrain » la formation d’une cavité qui en s’effondrant aura provoqué ce fontis.

En effet un peu plus deux autres fontis de plus petite taille mais profond de plus d’un mètre sont visibles.

En regardant autour de nous nous remarquons une dépression d’un diamètre dépassant les 10 mètres qui pourrait être les restes comblés d’un fontis en effet dans la cuvette on distingue encore trois petites dépression.

 Nous continuons notre progression quand nous remarquons un puis deux en enfin nous comptons pas moins de cinq chevaux en liberté dans cet endroit isolé.

Nous passons à distance respectable d’eux afin d’aller admirer le paysage depuis un tas de cailloux en bordure de la prairie la vue est magnifique nous dominons Mayres Savel et en face de nous nous avons les monts enneigés de l’Obiou.

Pendant que nous profitions de la vue les chevaux se sont rapprochés de nous certainement par curiosité nous ne savons pas si nous avons à faire des bêtes plus ou moins sauvages nous repartons afin de revenir en vers l’écurie Bernard.

En parcourant dans l’autre sens la prairie nous croisons un motard avec un chien certainement le propriétaire des chevaux.

Nous voici de retour à l’écurie Bernard nous reprenons le chemin de la descente pour arriver à la bifurcation menant à l’effondrement, là nous décidons de passer par la piste le soleil etant déjà très bas sur l’horizon et puis il faut bien varier les plaisirs.

En marchant sur la piste nous croisons à nouveau deux autres chevreuils puis nous regagnons notre véhicule.

En effet nous n’avons pas trouvé les galeries de mine que nous cherchions mais nous avons pu faire des photos et puis nous savons que nous pourrons arriver plus prés en voiture la prochaine fois ce qui nous laissera plus de temps pour fouiller dans le bois.

Voir les commentaires

recherche des mines de Roche Berland et Californie

Publié le par REVEL Stephane

Nous voici parti aujourd’hui en direction de Mayres Savel afin de retrouver les anciennes mines de Roche Berland et de Californie.

Avant d’effectuer notre sortie nous avions préparé un plan avec les bonnes coordonnées issu des données du BRGM.

Nous avions reporte ces données sur une carte avant de l’imprimer pour partir faire nos recherches sur le terrain.

Nous voilà donc à Mayres Savel de là nous prenons le chemin qui mener en direction de la cabane des chasseurs, une fois arrivé là nous nous garons et nous nous équipons il faut dire que nous ne passons pas inaperçue avec notre matériel.

Enfin donc nous prenons le chemin en direction de l’ancienne bergerie comme indiqué sur la carte.

Le temps malgré ce mois de décembre déjà bien entamé est gris aujourd’hui mais il ne fait pas froid pour autant il doit faire une dizaine de degrés.

Nous montons donc le long de la piste qui forme de nombreux lacets en tout près d’une dizaine jusqu'à la bergerie.

Devant nous nous découvrons une immense maison cela doit être la bergerie nous décidons donc de la visiter.

En effet la porte n’est pas fermée car elle sert de refuge aujourd’hui pour mes chasseurs et leurs chiens.

Nous poussons la porte et nous découvrons une grande pièce avec un poele à bois mais aussi une foule de déchets et débris divers au fond de la pièce il y a même un placard avec les restes d’une tronçonneuse à l’intérieur.

Une autre pièce est attenante à celle-ci là aussi il y a des tas de déchets divers dont une ancienne armoire en piteux état.

Nous passons à coté au niveau de l’ancienne écurie comme en témoigne la présence des mangeoires pour les bêtes.

L’écurie est absolument magnifique car elle est voûtée comme une cave avec un pilier central, nous en profitons pour prendre des clichés.

Nous passons à cote au niveau de la remise là aussi elle est voûté comme l’écurie nous pénétrons à l’intérieur et nous trouvons une ancienne machine agricole qui servait à faire les semis mais aussi divers restes métalliques comme des plaques de dessablage pour les camions vous savez les plaques qui servait à fabriquer des pistes d’aviations provisoires pour l’armée.

Nous ressortons et passons devant la maison pour rependre le chemin qui passe au dessus.

Nous voici donc en train de continuer notre ascension pour trouver les anciennes mines nous suivons le sentier qui mène au col du Senepy.

Nous savons qu’il ne faut pas prendre le premier chemin qui part sur la gauche car au bout d’un certain temps il se perd dans les bois.

Le chemin que nous devons prendre ce trouve au niveau d’arbres coupés abandonnés sur place.

Effectivement nous croisons un premier chemin qui part nous continuons notre progression un peu plus haut nous croisons un petit sentier qui s’enfonce dans le bois sur notre gauche de plus il y des arbres coupés juste à coté nous décidons donc de l’emprunter.

Nous devrions plutôt parler d’une sente que d’un sentier tant celui-ci est étroit de plus nous descendons alors que nous devrions progresser presque à plat enfin nous progressons non sans difficulté dans le bois de nombreuses branches basses rendant la progression difficile.

La sente ressemble de plus en plus à une piste faite par le passage répété des vaches car nous sommes en plein dans l’alpage du Senepy et heureusement en cette saison les bêtes ne sont plus là car sinon nous n’aurions pas entrepris cette recherche.

Nous finissons par déboucher dans une petite combe mais d’après notre carte et après des témoignages il y en a plusieurs à cet endroit.

Un coup d’œil sur l’altimètre nous indique que nous sommes en dessous de la cote théorique de Californie et au dessus de Roche Berland, de plus nous savons qu’il ne faut redescendre par ma combe car à un moment nous tombons sur une barre rocheuse.

En cette saison la nuit tombe vite il est déjà seize heures bien passés et sachant que nous avons mis un peu plus de une heure trente pour venir jusqu’ici de plus la météo commence à s’en mêler le ciel devenant de plus en plus gris il va certainement finir par pleuvoir nous prenons la décision d’abandonner notre recherche et de repartir dans l’autre sens.

Il faut dire que nous n’avons pas vraiment envie de nous perdre dans ces bois au milieu des combes car un retour à la frontale pour retrouver le sentier ne serais pas des plus simples, et vue la luminosité décroissante rechercher des anciennes galeries devient de moins en moins évident.

Nous voici donc en train de remonter le versant de la combe pour reprendre la sente par laquelle nous sommes venus quand nous décidons de couper droit dans la pente pour monter voir un détail qui nous a intrigués depuis pas mal de temps déjà en effet nous avions remarque une rupture dans le terrain qui pouvait être soit une ancienne terre soit la marque d’un chemin.

Nous montons donc en direction de cette rupture et là une bonne surprise nous attends en effet nous sommes bien sur le chemin en effet pour évacuer le minerai de cuivre extrait de la mine il fallait bien un chemin en consultant notre altimètre nous devons nous trouver sur le chemin qui mène à Californie même si nous sommes un peu en dessous moins de cinquante mètres de la cotre de la galerie, le chemin ne peut aller à Roche Berland car nous sommes bien au dessus de l’altitude de celle-ci.

Nous parcourons donc le chemin afin de voir ou il débouche sur le sentier par lequel nous sommes arrivés.

En marchant nous remarquons une ruine en pierre sèche peut être une cabane ou bien un enclos pour les bêtes juste sur notre gauche nous ne pourrons hélas pas faire de photos par manque de lumière de plus le temps nous presse car la nuit va bientôt tomber et il faut impérativement que nous soyons au sentier avant celle-ci.

Lorsque nous reviendrons nous prendrons le temps d’examiner plus en détail cette ruine afin de voir si nous trouvons des indices de sa fonction passé.

Ca y est nous distinguons le sentier juste au dessus de nous et là en face de nous l’entrée du chemin est barré par un arbre coupé nous le contournons pour ressortir sur le sentier effectivement quand on arrive via le sentier on ne voir pas du tout le départ du chemin un arbre étant effectivement tombé juste devant coupant le sentier seul celui-ci à était dégagé.

Nous faisons des marques avec notre couteau sur un arbrisseau juste à cote de plus nous faisons un petit tas de pierre juste sur le bord du chemin afin de pouvoir retrouver facilement le départ la prochaine fois.

Apres effectuer ces menus travaux nous repartons le long du sentier en direction de l’ancienne bergerie et nous nous arrêtons au niveau de premier chemin celui qui se perd dans le bois et nous relevons l’altitude nous sommes là aussi juste en dessous de la mine de Roche Berland il faudra voir en partant depuis la mine si nous retombons sur ce chemin car les mêmes causes produisant les mêmes effets nous pensons là aussi que nous sommes bien en présence du chemin menant à la mine.

Nous reprenons notre descente en direction de la bergerie et là juste au dessus nous décidons d’inspecter le terrain car en montant des indices avaient attirés notre regard notamment des traces d’éventuels fontis.

En quittant le chemin nous découvrons ce qui ressemble à une tranchée de fouilles ce que nous prenions pour un fontis pourrait être une fouille la végétation ayant repris ces droits il est difficile de dire aujourd’hui à quoi nous avions à faire mais il est certains que nous sommes en présence d’indices fort de recherches à cet endroit le terrain étant passablement dévasté.

En continuant notre progression nous tombons sur un ancien puits presque totalement obstrué en tous cas une chose est sur il est a sec là aussi il faudra que nous examinions plus avant le terrain afin de voir si nous trouvons d’autres indices.

Nous longeons maintenant l’arrière de la bergerie ce qui nous permet de voir la grange là aussi il a des anciennes machines agricoles et notamment une vieille charrette en bois.

Nous ne rentrerons pas dans la grange en effet le plancher ne supporterait peut être pas notre poids il faut dire que nous voyons le sol au travers.

Nous en profitons pour faire les alentours de la bergerie nous remarquons un petit abri en bois sans aucun mur avec juste devant les restes d’une charrette en bois et métal comme en témoigne la ridelle métallique juste à coté.

Un peu en dessous se trouve un mur en pierre sèche accoudé au talus là aussi il devait y a voir quelque chose qui à disparu aujourd’hui à moins que nous soyons en présence d’un mur de soutènement pour faire une petite plateforme.

Enfin nous n’aurons pas guère plus de temps car l’obscurité prend peu à peu de plus la fine bruine qui tombait se transforme brutalement en pluie il nous faut donc presser le pas pour  rentrer retrouver notre véhicule.

Nous finissons donc la ballade sous une fine pluie car celle-ci vient de se calmer juste en arrivant à notre véhicule ce qui facilite le fait de nous changer pour rentrer.

Voilà la prochaine fois il faudra que nous retournions faire des recherches de ces deux anciennes mines cette fois ci nous prendrons la journée complète peut être ce là se fera l’année prochaine car la neige risque de tout recouvrir de son blanc manteau.

Voir les commentaires

la ligne du VSB à Crossey

Publié le par REVEL Stephane

Aujourd’hui nous avons appris par une personne que des anciens tunnels de la ligne Voiron St Beron serait toujours visible car la ligne traverser par la gorge de Crossey.

De plus face à l’école d’escalade il y aurait des grottes à explorer.

En étudiant la carte IGN nous remarquons tout d’abord une boucle au niveau de Sous Crossey et qui sort un peu après les Grollets en direction du pont de Demay.

Cette boucle ressemble bien à une boucle ferroviaire.

Il faudra que nous nous rendions sur place afin d’examiner les lieux mais il nous faudra aussi recueillir plus d’informations notamment sur l’ancien tracé du VSB.

Affaire à suivre donc

Voir les commentaires

petit probleme de report de données sur une carte

Publié le par REVEL Stephane

Suite à notre échec lors de la recherche des anciennes exploitations de Combe Guichard et de la Combe Lamat nous avons repris les données du BRGM.

Un doute subsistait après avoir fait un report manuel sur une carte IGN des coordonnées de la Combe Guichard nous nous apercevons que nous tombons effectivement à l’endroit que nous avons trouvé.

Ceci nous amène à vérifier notre calibrage surtout lors de la conversion des coordonnées Lambert II en NTF.

Pour ce faire nous décidons d’exploiter des données parfaitement connues comme le puits de Susville et le puits des Rioux car nous connaissons parfaitement leur positionnement.

Et là surprise nous tombons systématiquement à coté de nos points cibles nous avons un décalage sur les X.

Apres de nombreuses tentatives nous finissons par faire coïncider les points, nous décidons de vérifier sur d’autres points que nous connaissons certes un peu moins bien mais que nous maîtrisons, et là effectivement la marge d’erreur est un peu plus grande mais reste dans le domaine de l’acceptable de l’ordre du millimètre sur une carte au 1/25000.

Nous décidons donc de reprendre les points que nous avions recherche la dernière fois.

Et là surprise Combe Guichard le Merle tombe juste à coté d’un point que nous avions identifié et quand à la Combe Lamat nous étions totalement à coté.

Fort de ce recalibrage nous décidons de poursuivre notre démarche en effectuant une recherche sur les Chuzins et là aussi nous trouvons une donnée fort intéressante.

En effet lors de nos ballades nous avions eu le témoignage de deux personnes qui nous avaient indiqués la position de la mine des Chuzins mais nous avaient dit aussi qu’il y avait quelque chose dans le pré en face du chemin.

Nous étions allé voir sur place sans aucune autre indication et nous n’avions rien trouvé de particulier il faut dire que la zone de recherche était fort grande car les indications étaient assez flous.

Mais voilà en reportant les données du BRGM nous tombons sur un point se trouvant dans la zone que nous avaient indiqués le témoignage que nous avions recueillis et effectivement un sondage à eu lieu à cet endroit effectués par les HBD ce qui confirme la présence possible à une époque d’un chevalement en bois pour faire le forage.

Il faudra la aussi que nous allions sur le terrain afin de voir si nous pouvons trouver des indices ou des restes de ce forage.

Voilà donc du pain sur la planche ou des kilomètres sous les souliers pour les semaines à venir.

Voir les commentaires

Recherche a la combe guichard et lamat

Publié le par REVEL Stephane

Nous voici donc reparti en direction des Merlins afin de rechercher deux vestiges si nous avons le temps.

Tout d’abord nous voulons revenir sur la galerie de la Combe Guichard les Merles en effet en recoupant les données BRGM avec nos relevés nous ne tombons pas au même endroit .

De même en ayant reporté les coordonnées du BRGM pour les travaux de la Combe Lamat nous avions remarqué que le traçage se trouvait à l’extrémité d’un chemin.

Apres avoir imprimé ces informations nous nous garons aux Merlins pour prendre la direction de la Combe Guichard.

Le temps est gris aujourd’hui de plus la végétation vient de tomber des arbres ce qui ne peut que faciliter nos recherches.

Nous prenons donc le chemin de la Combe Guichard arrivé au début de celle-ci nous montons au dessus dans les taillis et le bois qui se trouve entre les deux pistes.

Là nous commençons nos recherches avec difficultés il est vrai que l’arrivée de l’hiver nous rend le travail plus facile mais les éléments sont contre nous les branches nous fouettent le visage et les mains de même que les buissons.

Nous montons jusqu'à être en dessous de la piste supérieure puis nous redescendons au travers des taillis.

Nous trouvons quelques tas de pierres à des endroits mais au vu de la physionomie du terrain nous devons nous trouver sur d’anciennes terres qui par le passé devaient être certainement cultives ou mise en prairie ce qui expliquerait la présence des tas de pierres.

Lors des labours les paysans avaient pour habitude d’enlever les grosses pierres afin de ne laisser que la terre arable de même après les gelées des pierres remontaient à la surface et là aussi elles étaient enlevées.

Enfin nous ressortons sur la piste inférieur bredouille avec les mains toutes tailladées par les épineux les branches et autres végétaux.

Nous ne trouverons rien cette fois ci nous décidons donc de continuer en direction de la combe Lamat afin de voir si nous avons plus de chance.

Nous traversons l’affaissement qui a coupe la piste inférieure puis nous continuons notre chemin sur la piste au passage nous croisons plusieurs chasseurs.

Finalement nous arrivons en vue de l’écurie templier et là nous nous concentrons pour ne pas rater le chemin qui part sur notre droite.

Ca y est nous venons de localiser le chemin nous l’empruntons puis nous arrivons rapidement dans un pré un peu décontenancé nous regardons autour de nous quand nous apercevons un sentier qui monte le long d’une petite combe.

Nous l’empruntons donc nous montons puis en faisant le point avec notre carte nous sommes pris d’un doute mais nous continuons notre ascension quand notre regard est interpelle par un drôle de piquet puis un autre.

Nous décidons donc de nous rapprocher afin de les étudier de plus près nous avons à faire à un piquet métallique avec une base en ciment enfiché dans me sol une chose est sure ce n’est pas des piquets de clôture de plus ils sont peint en blanc avec leur extrémité supérieur en rouge.

En regardant autour de nous nous en apercevons d’autres ils forment une ligne c’est assez bizarre et nous regardons notre carte pour voir s’il y a une indication.

Il n’y a rien sur celle-ci nous décidons donc de faire un point le sentier que nous suivons par sur la droite alors que après notre carte nous devrions aller en direction de la gauche une chose est sure nous ne sommes pas sur le bon sentier, il ne nous restes plus qu’a redescendre et bien examiner les alentours pour voir si nous n’avons pas manquer un départ.

Nous arrivons au niveau du pré au finissais le chemin par le quelle nous étions venus et nous n’avons pas remarqué de traces d’anciens sentiers, nous décidons dons de couper a travers bois en allant droit devant nous pour voir si nous coupons un autre chemin.

En effet nous en coupons un et de plus il a l’air d’aller dans la bonne direction, nous décidons donc de le suivre.

Nous reprenons donc notre ascension sous un ciel qui se fait de plus en plus menacent bientôt nous sortons de la foret pour arriver sur une première clairière le chemin continuant nous décidons de le suivre nous débouchons rapidement dans une deuxième clairière et là le chemin bifurque franchement sur la gauche.

Nous commençons notre exploration à partir de ce niveau car après notre carte nous sommes au bon endroit.

Une première rechercher nous fait faire le tour de la clairière et nous nous enfonçons un peu dans le bois là ou le chemin se perd l’endroit est assez plat au pied d’un gros arbre nous trouvons un trou à sanglier, puis des tas de pierres là aussi mais nous ne sommes pas en présence de razzier pour autant.

Nous continuons nos recherches dans la clairière et même dans le petit bois à l’autre extrémité mais la aussi nos recherches resteront vaines un peu de partout nous trouvons des tas de pierres vestiges de l’exploitation des terres pour l’agriculture.

Ca y est les premières gouttes d’eau se mettent à tomber nous décidons donc d’interrompre nos recherches pour revenir à notre véhicule car il se fait tard et dans moins d’une heure il faudra mettre les frontales.

Nous redescendons dons au niveau de la piste que nous reprenons dans l’autre sens, nous nous posons la question de prendre la piste supérieure afin d’éviter de traverser l’effondrement à cause de la pluie mais il fait encore suffisamment de lumière et de plus le chemin est plus court par la piste inférieure nous continuons donc par celle là.

Ca y est nous arrivons à notre véhicule ou nous pourrons nous changer cela va faire du bien car la nuit arrivant la température chute rapidement.

Voilà il nous faudra revenir un autre jour pour reprendre nos recherches.

Voir les commentaires

visite de galeries ancienne cimenterie en chartreuse partie 3

Publié le par REVEL Stephane

Nous voici donc reparti à nouveau pour continuer la visite des carrières du Sappey, après notre dernière découverte des niveaux inférieurs nous souhaitions voir si nous pouvions avoir accès au niveaux supérieurs.

Nous axons donc notre exploration de ce jour sur le niveau 0.

Car on avait déjà repère une montée au niveau supérieur mais celle-ci était obstrué par des pierres de dimensions imposante.

Nous parcourons donc la galerie du niveau 0 en faisant attention car nous savons qu’il y a un puit qui s’ouvre sur notre droite.

En  parcourant la galerie nous découvrons de nombreuses trémies dont une qui attire plus particulièrement notre attention car elle possède un escalier taillé dans la masse permettant d’accéder à une planche qui se trouve au niveau de la goulotte.

Nous continuons donc notre progression et nous découvrons une ouverture sur notre gauche qui donne dans une galerie parallèle à la notre nous ne prenons pas le temps de l’explorer car nous souhaitons aller au fond du niveau 0 et voir si on peut accéder au niveaux supérieur

Nous avançons donc dans la galerie principale nous disons galerie principale à cause des traces au sol de la voie de 60.

Un peu plus loin nous remarquons une niche sur la droite qui fait face à une ouverture sur la gauche là l’espoir renaît en nous de trouver une descenderie vers le haut.

Effectivement en pénétrant l’ouverture sur la gauche nous découvrons une descenderie non obstrué mais là aussi nous ne prendrons pas le temps de l’explorer.

Nous continuons donc le niveau 0 pour déboucher sur tout un tas de départ dans plusieurs directions nous en explorons deux sur une courte longueur afin de ne pas nous égarer dans ce labyrinthe de galeries.

Hélas le temps nous presse et il nous faut reprendre le chemin inverse cette fois ci nous n’aurons pas le temps de faire des photos cela sera pour la prochaine fois.

Voir les commentaires