Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

La galerie niveau 15 à La Jonche

Publié le par REVEL Stephane

Nous voici parti ce jour afin de faire le niveau 15 des houillères du bassin de la Mure, en effet le 15 débouchait au niveau de la Jonche sous Prunieres,

Voulant profiter du beau temps nous nous garons à la croix de mission à la sortie de La Mure de là après nous être équipée nous prenons le sentier en direction de Pechaud,

Nous voulons profiter du beau temps est faire le sentier passant par la Meharie, nous voilà donc parti le long du sentier ombragé heureusement car le soleil tape fort aujourd'hui,

Nous parvenons à la Meharie splendide exemple d'architecture rurale, de là nous descendons le long des prés pour rejoindre La Jonche,

Nous arrivons sur une passerelle qui l'enjambe de là nous tournons sur notre droite car a cet endroit ce dressé les bâtiments de la mine correspondant au niveau 15,

Nous sommes déjà venu sur ce site mais l'herbe était beaucoup moins haute et la végétation elle aussi moins dense,

Nous commençons une exploration systématique de l'endroit afin de voir ce que nous pouvons retrouver mais surtout avec l'espoir de localiser l'entrée de la galerie,

Nous quadrillons donc l'endroit quand nous tombons sur des restes d'éléments maçonnées juste à coté nous remarquons les restes d'une embase de poteau maconnée,

Nous grimpons vers ce qui ressemble à un petit sentier que nous commençons à parcourir car il est évident que ceci n'est pas naturelle mais l'oeuvre de la main de l'homme,

Nous penetrons maintenant dans le sous bois ou nous remarquons à nos pieds les restes de buses en ciment qui sort du sol dont une a un trou, au vu de la proximité de la Jonche nous pensons que cela devait être une tuyauterie d'aminée d'eau avec prise dans la Jonche,

Nous continuions donc notre progression dans le sous bois mais nous abandonnons le sentier car il nous reste encore pas mal de choses à découvrir, par contre nous notons ce point à faire lors d'une prochaine visite pour voir si nous retrouvons les vestiges de la prise d'eau,

Nous revenons donc sur nos pas pour continuer dans l'autre sens le sentier de la conduite, nous finissons par tomber sur ce ressemble à un regard en effet face à nous nous avons un petit bassin carré en ciment, nous continuons notre progression qui devient de plus en plus difficile car les arbres et les ronces gênent considérablement notre progression,

Nous décidons alors de redescendre en direction de la Jonche ou nous reprenons notre fouille là juste au dessus du ruisseau nous remarquons un amas de blocs de ciment et de pierre, nous faisons une première tentative de contournement par la gauche mais nous ne parvenons pas à nos fins, nous décidons donc de faire une tentative par la droite en passant au travers d'immenses orties,

Et là une excellente surprise nous attends en effet en écrasant les orties pour nous faire un passage nous remarquons un morceau de mur avec une pièce métallique totalement rouillé,

Nous décidons donc de dégager du mieux possible l'endroit de notre découverte, ce qu'au départ nous prenions pour une simple pièce métallique rouillé s'avère être rapidement être me vestige d'une grille de porte de galerie de mine, en effet il s'agit bien de cela, la grille est déformée et écrasée sous des blocs de pierres, il faut dire que les ruines ont étaient remaniés à grand coup de bulldozer pour condamner l'accès à la mine,

Ca y est nous avons certainement découvert la sortie de la galerie du niveau 15 de même juste au dessus de la Jonche nous marchons sur une dalle en ciment,

Ce qui nous paraît étonnant c'est le peu de distance entre la sortie présumé de la galerie et la plate-forme desservant le razzier la sortie est quasiment à angle droit,

En parcourant la plate-forme nous remarquons une sortie d'exhaure très certainement à fleur du ruisseau d'après ce que nous avons pu voir cette sortie n'est pas obstrué par contre il faut descendre dans la Jonche pour y accéder là aussi il faudra que nous revenions avec l'équipement adéquat,

En effet la Jonche étant passablement pollué comme en témoigne l'odeur nauséabonde qui s'en dégage, nous ne souhaitons pas vraiment finir les pieds dans l'eau,

Voilà pour notre première partie de l'exploration du niveau 15 la prochaine fois nous vous raconterons ce que nous avons trouvé au niveau du razzier mais aussi la rencontre que nous avons fait,

Voir les commentaires

utilisation du GPS en prospection archeologique

Publié le par REVEL Stephane

L'utilisation du GPS de randonnée dans la prospection archéologique au sol en rapport avec un SIG permet d'élaborer de manière plus simple une cartographie fine des sites d'extraction et de traitement,

La réalisation se fait en deux étapes l'une sur le terrain l'autre de saisie et de traitement informatiques des données collectées,

Sur le site prospectée on effectue un pointage systématique de tous les artefacts sur une fiche de terrain élaborée pour l’occasion,

Le GPS enregistrant le waypoint concerné avec un numéro fourni par le GPS il suffit alors de rentrer ce numéro sur la fiche,

Afin de recaler correctement les points sur le fond de carte il est nécessaire de stocker le chemin ou track parcouru afin de le superposer sur le fond après la prospection,

Une fois les données recensées dans les fiches est les waypoints enregistrés dans le GPS il faut transférer le tout sur un ordinateur,

Les données du GPS pouvant être récupérée sous différents formats, sous forme numerique pour utilisation dans un tableur une base de données ou sous forme graphique,

Dans le tableur ou la base de données on devra rentrée les données saisies sur les fiches de terrain,

Le traitement de ces données sous formes de graphiques (en bulle en nuages de points) permet d'illustrer les concentrations de vestiges et les zones diffuses le tout pouvant êtres recoupés avec des cartes géologiques,

Une analyse thématiques des données permet d'effectuer toutes une série d’études sous la forme de représentations variées (ponctuelle, nuance, concentration..) de manière à mettre en évidence de possibles concentrations d’artéfacts et, finalement, à délimiter un site à fouiller de manière plus précise,

L'investissement sur le terrain grâce au GPS devient moins coûteux en temps qu'auparant avec les méthodes classiques de relevées topographiques, ce qui laisse du temps pour couvrir une plus grande zone géographique,

Bien entendu le GPS a ses propres limites dont il faut bien tenir compte notamment la précision qui se dégrade sous couvert végétale, la limite imposé par la mémoire interne de l'appareil nombre de tracés et de waypoint,

Voir les commentaires