Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

l'usine à ciment des Bethoux

Publié le par REVEL Stephane

Nous voici parti aujourd'hui pour trouver des informations sur la concession des Bethoux,

Nous nous rendons donc au village ou nous garons notre véhicule au bord de la route de là après nous être équipés nous revenons sur nos pas le long de la route,

Nous passons le pont routier surplombé par les viaduc jumeaux de Oulla ensuite nous prenons un sentier qui s'enfonce le long du ruisseau de oula,

Nous remarquons au début un vieux tuyau métallique qui débouche depuis en dessous de la route un filet d'eau sans écoule puis déborde sur le chemin qui devient fort boueux et glissant,

Nous arrivons finalement au ruisseau de Oula qui coule sur notre gauche en descendant quand nous remarquons un reste de mur au dessus du cours d'eau vestige d'un captage en tout cas nous ne saurons pas le dire car il n'y a pas de mur en face,

Nous remarquons sur notre droite une plate forme que nous décidons d'explorer celle-ci se termine sur un mur surplombant une ravine,

Nous continuons notre exploration toujours en longeant le mur de soutènement nous arrivons sur un rétrécissement en effet la plate forme rejoint la pente naturelle su terrain puis cela continue sous la forme d'un sentier,

A cet endroit le mur est partiellement effondré révélant la présence d'un câble servant de main courante,

Un détail attire notre attention juste au dessus de nous il faut dire que nous cherchons la ou les anciennes mines des Bethoux,

Nous montons en suivant le sentier puis nous accédons à l'endroit que nous avions remarqué est là surprise nous découvrons ce que nous prenons en premier lieu pour une entrée éboulée,

Mais en examinant plus attentivement l'endroit il nous semble que nous sommes plutôt sur les restes d'un bâtiment dont une partie était taillée dans la roche comme une cave en effet on distingue encore aujourd'hui un pilier maçonnée en briques exactement comme dans une cave voûtée,

Nous redescendons vers la plate forme est accordons un peu plus d'attention à ce qui se trouve en dessous il nous semble distinguer des vestiges maçonnées dans la végétation,

Nous revenons sur nos pas pour descendre en dessous en effet au niveau ou nous étions le mur de soutènement faisait bien deux mètres cinquante de haut et descendre par la partie effondré pouvant s'avérer dangereuse nous préférons la sécurité,

Nous longeons donc le mur de soutènement qui maintenant se trouve au dessus de nous quant nous arrivons sur une dépression vestige d'un plancher aujourd'hui disparu, nous sommes bien à l'intérieur d'un ancien bâtiment qui devait avoir une certaine taille au vu des vestiges encore visibles,

En effet celui-ci devait faire plusieurs étages, nous pensons alors à un moulin bien que l'ensemble nous paraissent d'une taille bien supérieure a ce qui est nécessaire,

Enfin nous poursuivons notre exploration de l'endroit là aussi nous trouvons des vestiges de pièces voûtés dont une partie est taillée à même la roche,

Un peu plus loin nous trouvons des vestiges de grilles semblable au grilles qui servent aux prises d'eau,

Le bâtiment qui s'élevait à cet endroit devait vraiment être de grande dimensions peut être même une ancienne usine,

La végétation a déjà largement recouvert les vestiges preuve que cela fait longtemps que l'endroit àa était abandonnée,

Tout à nos recherches nous décidons de rejoindre le chemin quand nous rencontrons des chasseurs, nous en profitons pour leur demander s'ils savent à quoi servait ce bâtiment et là surprise il nous expliquent que nous sommes sur les ruines de l'usine à ciment,

Nous serions donc en présence d'une ancienne cimenterie cela nous paraît fort étonnant pourquoi une usine dans ce vallon difficilement accessible et de plus d'ou provenait la pierre à cuire car nous ne connaissons pas de carrière autour du village des Bethoux susceptible de fournir une usine de cette taille,

Cette information nous laisse fort perplexe il faudra que nous fassions des recherches afin d'éclaircir ce point, avons nous à faire à une ancienne cimenterie ou a un autre type d'usine d'après nos estimations cela fait pas loin d'un siècle que l'endroit est abandonnée, la mémoire populaire à pu changer la fonction primaire de cette usine pour le moment tout cela reste purement conjoncturelle nous vous tiendrons au courant de nos découvertes,


Voir les commentaires

La pierre merliere

Publié le par REVEL Stephane

La pierre merliere voilà un bien étrange nom pour une magnifique légende locale,

En effet on l'appelle la pierre des Druides en rapport avec Merlin l'enchanteur d'où le nom Merliere, de plus la légende raconte que l'on pratiquait des sacrifices humains sur cet autel comme en témoigne l'empreinte en creux sur le dessus,

Il faut dire que la pierre merliere se cache dans un écrin de verdure, que vient eclairer par moment les rayons du soleil par une trouée dans la canopé, tout ceci contribue à rendre l'endroit à la fois magique et mystérieux,

De plus le rocher possède donc une forme en creux juste à coté il y a une forme ronde pour accueillir la personne à sacrifier, de plus une gouttière verticale coure le long du rocher pour évacuer le sang de la victime,

Peut etre que l'on faisait des sacrifices afin de faire venir la pluie ou l'eau en effet nous nous trouvons au bord d'un petit ruisseau quand on sait que les druides adorées des arbres des ruisseaux des sources cela est fort possible,

Mais loin de tout cela en faite nous sommes face à un rocher dans lequel on a taillé plusieurs meules, on en trouve deux en partie basse abandonné lors de la taille suite à l'apparition d'un defaut, une en partie supérieure elle aussi abandonné, enfin une seule meule à put etre extraite de ce rocher d'où l'empreinte en creux visible sur le dessus,

Il faut dire que les rochers susceptibles de donner de bonnes pierre à meule étaient rares dans la région en effet il fallait un subtile mélange de dureté et de résistance à l'abrasion pour obtenir une bonne meule, ce qui explique que le moindre rocher susceptible de faire l'affaire etait immédiatement exploité, pour alimenter les moulins de la région,

Le temps ayant fait son oeuvre la pierre meulière est devenu la pierre merliere,


Voir les commentaires

La concession des bethoux

Publié le par REVEL Stephane

Nous voici en train de préparer une sortie sur les houillères du Dauphiné en effet nous voulons finit d'explorer la concession des Bethoux,

Cela fait déjà pas mal de temps que nous y pensons car cette zone reste désespérément blanche sur notre carte et nous voulons la remplir,

D'après les informations que nous avons l'exploitation au début étaient en souterrain puis à la fin on est passé en exploitation en découverte,

Ce type d'exploitation laisse des traces facilement repérables sur le terrain même si on se trouve dans les bois,

De plus suivant les informations que nous avons eues il y auraient une ancienne descenderie là aussi elle devait bien déboucher à un endroit précis afin d'évacuer le minerai,

Nous prévoyons une sortie sur le terrain afin de partir à la recherche des ces vestiges nous vous tiendrons au courant,

Voir les commentaires

ancien batiement industriel a Pont de Claix

Publié le par REVEL Stephane

Nous voici aujourd'hui en ballade du coté de Pont de Claix en effet cela fait déjà pas mal de temps que nous étions intrigué par une série de battement se trouvant rue du Rochefort,

En effet le long de cette rue nous avions une longue alignée de bâtiments typiquement industriel aujourd'hui abandonnée,

Nous nous demandions à quoi il pouvait bien servir, aujourd'hui nous avons la réponse ces bâtiments abritait les lignes 3 et 4 de fabrication de papier en effet les machines à papier s'étalant principalement en longueur pour fabriquer les rouleaux de papier à partir de la pâte,

De plus au bord de ces bâtiments coulent un canal qui servait certainement au papeterie lorsque les lignes de production fonctionnait encore,

Nous remercions au passage les personnes qui ont bien voulu nous renseigner sur la vocation des ces bâtiments,

Ces bâtiments appartiennent encore aux papeteries de Pont de Claix, toujours d'après les personnes que nous avons rencontré des visites de classes étaient organisées pour les enfants afin qu'ils puissent voir l'entreprise dans laquelle nombre de leurs parents travaillé,

On remarquera au passage les restes d'un vannage qui desservait certainement la papeterie sur le canal aujourd'hui les vannes sont encore en place mais la bifurcation vers la papeterie à disparu,

Il faudra que nous retournions sur le site afin de faire des photos avant la disparition de ces éléments,

En continuant en direction de Pont Rouge toujours par la même rue on arrive avenue des résistants ou l'on trouve des maisons ouvrières joliment restaurés,

Voilà le mystère de ces bâtiments est élucidé,

Voir les commentaires

le cipolin

Publié le par REVEL Stephane

Le marbre blanc aussi appelé cipolin est très rare les anciens l'appelaient aussi lapis carystius ou phrygius,

Le marbre est une roche métamorphique issu du calcaire,

Le cipolin peut aussi présenter une teinte grisâtre notamment lorsqu'il est soumis aux intempéries dans ce cas il suffit d'obtenir un éclat pour retrouver la couleur blanche,

Le cipolin à souvent des veines concentriques à cristaux assez gros pouvant avoir des incrustations de mica,

Le cipolin s'utilisait en colonnes ou en plaques mais aussi comme pierre à aiguiser,

Voir les commentaires

La chapelle St Firmin

Publié le par REVEL Stephane

Nous allons aujourd'hui vous parler d'une petite chapelle que nous avons découvert au cours d'une randonnée dans le sud grenoblois au dessus de Vizille,

Il s'agit de la chapelle St Firmin cette chapelle date de la fin du XI siècles comme en témoigne ces lignes dépouillés représentatif de l'art roman,

Elle fut classé Monument Historique en 1962 à l'origine elle était ancienne église d'une commanderie des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, d'autres bâtiments aujourd'hui disparu étaient encore en usage au XV siècle sur son socle rocheux l'ensemble était protégé par une enceinte,

On remarquera au passage le clocher qui penche en direction de la vallée, sont appareil en tuf, vous remarquerez aussi du coté de la route un visage sculpté dans un appareillage,

L’église Sainte-Marie, classée monument historique, possède une nef carolingienne et un choeur datant du XIe siècle.

Ouverture à la demande, renseignements en mairie- La Commanderie - F-38220 Notre-Dame-de-Mésage 04 76 68 07 33

Voir les commentaires

le haut fourneau

Publié le par REVEL Stephane

Le développement de la force hydraulique et des moulins permettra l'émergence du haut fourneau qui s'imposera face au bas fourneaux,

La différence provient de la température obtenu dans le four en effet dans le haut fourneau on dépasse le point de fusion du fer, ce qui permet de produire du métal en phase liquide, la fonte les déchets minéraux appelés laitiers se séparant du métal,

Le passage au haut fourneau s'est fait grâce à l'aide de fondant de la silice dans le cas de minerai à gangue calcaire ou du calcaire dans le cas de minerai à gangue siliceuse,

Le fondant servant à faciliter la formation du laitier, et l'absorption de carbone par le fer produisant ainsi de la fonte liquide celle ci ayant une température de fusion inférieure à celle du fer,

Au début les hauts fourneaux fonctionnait au charbon de bois avant l'apparition du coke plus dur permettant de construire des hauts fourneaux plus grands, mais la fonte produite est moins pure,

Afin de pouvoir forger la fonte il faut d'abord l'affiner en procédant à une opération de décarburation afin de faire baisser la teneur de carbone donnant ainsi naissance à l'acier,

Aujourd'hui la décarburation s'effectue au convertisseur par injection d'oxygène sur la fonte pour en éliminer le carbone,

Voir les commentaires

le massiot

Publié le par REVEL Stephane

Nous allons vous parler du massiot en effet celui-ci est obtenu par réduction de minerai de fer avec du charbon de bois dans un bas fourneau ou bas foyer,

La température atteinte ne permettait pas d'atteindre le point de fusion du fer pur qui se situe à 1535 °C même avec la présence de fondants naturels présent dans le minerai de fer,

L'utilisation de soufflet en peau de bête permettra d'obtenir des températures plus élevées autour de 1100 à 1200°C ce qui avait pour effet d'eliminer l'oxygene du minerai donnant ainsi naissance à une sorte d'acier naturel,

Au bout de plusieurs jours d'efforts pour entretenir un feu le plus vif possible les métallurgistes obtenait une masse pâteuse et incandescente qui en général ne dépassait pas le kilogramme,

De plus pour extraire cette masse il fallait détruire le four ce qui obligeait à en reconstruire un a chaque nouvelle coulée,

Cette masse est alors un mélange hétérogène de fer et d'acier appelée loupe éponge de fer ou massiot le tout sans passer par une phase liquide, de plus une quantité plus ou moins grande de scories est mélangé dans la loupe,

Pour rendre cette masse de métal exploitable pour en faire des objets on brise la loupe pour en extraire le maximum de scories par triage manuel,

Ensuite on compacte ensemble les morceaux de fer restant afin de les souder entre eux et finir d'extraire les scories restantes pour obtenir une masse de métal on nomme cette opération l'épuration,

L'épuration démarre avec une masse de métal chaud que l'on martèle on parle de cinglage ensuite vient l'opération de corroyage qui consiste toujours à la forge à replier le métal sur lui meme et à le souder sur lui même plusieurs fois de suite,

La production de fer était alors de faible quantité ce qui expliquait sa grande valeur,

Cette technique restera valable jusqu'à l'apparition des hauts fourneaux,

Voir les commentaires

les anciens travaux souterrains civils

Publié le par REVEL Stephane

Nous nous posons une question en effet lors de nos dernières sorties nous avons trouvé pas mal de travaux associé à l'industrie hydroélectrique,

En effet nombre de ces travaux sont forts anciens plus de 40 ans pour certains comme nous l'avons trouvé sur une paroi signé par les foreurs,

L'ensemble de ces travaux n'apparaît pas dans les données du BRGM normal vous me direz ce n'est pas des travaux miniers mais des ouvrages civils,

Mais il doit bien exister des traces de ces travaux quelque part, il faut dire que nous avons trouvé des galeries fort longues plus d'un kilomètre pour certaines voir certainement plus pour d'autres mais elles restent encore à explorer,

Tous ces travaux sont aujourd'hui abandonnées nous les recensons au même titre que les travaux miniers en effet au premier abord rien ne les distingue,

Il faudra que nous consultions différents sites consacrés aux anciens sites industriel pour voir si nous trouvons des indications,

Enfin nous vous tiendrons au courant de nos recherches en de domaine,

Voir les commentaires

les grues hydrauliques

Publié le par REVEL Stephane

Nous allons vous parler aujourd'hui d'un élément autrefois indispensable dans le domaine ferroviaire mais aujourd'hui tombé en totale obsolescence,

Je veux parler des manches à eau autrement appelés grues hydrauliques en terme ferroviaire exacte,

Cette grue orientable servait à l'alimentation en eau des tenders des locomotives à vapeur ou des citernes de trains désherbeurs,

Ces grues étaient alimentées par un château d'eau en général situé à proximité cela faisait parti du paysage ferroviaire,

Hélas aujourd'hui ces grues tendent à disparaître on en voie encore quelques unes dans les emprises de gare,

Mais plus généralement on en trouve sur les lignes de trains touristiques notamment sur les lignes vapeurs comme le CFV, on en voit aussi sur la ligne du train de la Mure par exemple en gare de la Motte d'Aveillans par exemple,

D'autre part nous ne pouvons que vous inviter à admirer ces pièces de fer moulés avec leur différents styles certaines sont totalement lisses d'autres ont des cannelures chacune à son style,

Voir les commentaires

1 2 > >>