Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Visite à la mine de Roche Berland

Publié le par REVEL Stephane

Nous voici parti aujourd'hui en direction de la mine de cuivre de Roche Berland, après nous être rendu à Mayres Savel est avoir pris le chemin qui mène en direction de la cabane des chasseurs.

Cabane au passage est il n'est pas vain de le noter est ouverte ce qui permet de se mettre à l'abri de cuisiner ou de se restaurer à l'intérieur en effet il y a une table des chaises ect.. la seule chose bien entendu étant de restituer le lieu propre et en état ce qui est tout a fait normale.

Donc après nous être équipée nous reprenons le sentier en direction de l'ancienne bergerie de Champ Seleroux.

Le chemin est long jusqu'à la bergerie surtout sous le ciel ensoleillé du printemps même si un petit vent frais vient nous rafraichir.

Nous arrivons enfin à la bergerie que nous dépassons pour continuer notre ascension sur le sentier, de là nous nous arrêtons à la bifurcation qui mène à la mine de Californy.

Il faut dire que malgré nos recherches nous n'avons jamais trouvé le chemin desservant la mine de Roche Berland,.

La mine se situe à peu près à la même altitude que la bergerie et aujourd'hui nous montons bien au dessus pour ensuite redescendre.

Peu être que les muletiers faisait la même chose que nous pour redescendre le minerai de cuivre, car il n'est pas possible de passer par la combe depuis la bergerie des coupures rocheuses à 45° degrés barrant le chemin.

Maintenant nous arrivons au niveau de la combe, nous devrions utiliser le pluriel en effet il y a plusieurs combe qui se coupent, de plus elles se ressemblent toutes et la végétation rend toutes orientations difficiles.

Meme en étant déjà venu plusieurs fois sur le site nous avons toujours du mal à nous orienter et nous nous trompons à chaque fois de chemin mot usurpée car il n'y a aucune traces permettant une orientation plus facile.

Après nous être égaré dans une combe nous revenons sur nos pas pour emprunter la bonne, nous arrivons finalement à la première sortie de galerie éboulée.

La deuxième ouverte se trouve à quelques mètres devant nous.

Nous en profitons pour nous restaurer et prendre un peu de repos à vrai dire nous nous accordons une petite sieste réparatrice.

Après cela nous explorons le tronçon de galerie encore ouvert à la recherche d'échantillons et nous scrutons les parois pour voir si nous pouvons trouver des traces du filon exploité.

Nous finissons par tomber sur une toute petite veine sur laquelle nous entreprenons d'extraire des blocs afin de les casser à l'extérieur.

Nous avons sorti péniblement de la paroi quelques morceaux de rocher que nous cassons au marteau burin afin de voir ce qu'ils contiennent.

La chance nous sourit car nous trouvons en plus des morceaux d'azurite des petits filons de cuivre gris.

Nous trions soigneusement et nous les emballons dans du papier journal nos échantillons avant des les charger dans nos sacs à dos.

Le temps passant il est temps pour nous de reprendre le chemin du retour avec nos sacs toujours aussi lourds voir un peu plus avec le poids des pierres.

Nous remontons la combe non sans nous égarer une fois de plus, puisque nous avons deriver sur la gauche cette fois ci mais nous retrouvons finalement notre chemin.

Décidément ces combes se ressemblent toutes rendant l'accès a cette mine fort difficile.

Nous revenons au niveau de la bergerie puis nous prenons le chemin qui mene à la cabanne des chasseurs.

Nous ne cachons pas notre soulagement en arrivons à notre vehicule ou nous nous posons un moment avant de partir.

Voilà nous pouvons donc conclure que la mine de Roche Berland a produit non seulement de l'azurite mais aussi du cuivre gris, d'apres les données BRGM il y aurait un puits d'exploitation dans la mine.

A ce jour une grande partie de la mine est effondré en effet quand on rentre dedans on parcours d'abord une petite galerie d'une vingtaine de mètres qui s'arrête sur un front de taille.

Juste au niveau de l'entrée il y a une chatière qui débouche derrière la première sortie éboulée, de l'autre coté il y a un pendage presque complètement éboulé mais qui devait se poursuivre loin dans la montagne.

De même quand on est dehors devant l'entrée la forte pente nous masque le volume de déblais mais celui-ci est extrêmement important témoignage d'une intense exploitation.

Quand on monte au dessus de la galerie ouverte on retrouve l'affleurement du filon qui a etait exploité par grattage en pas moins de quatre endroits laissant une trainée ressemblant à une suite de fontis.

Ce filon devait être connu depuis fort longtemps étant donnée qu'il était affleurant à la surface ce qui n'as pas du échapper aux hommes en effet l'éclat bleu intense de l'azurite ne peut qu'attirer le regard.

Commenter cet article