Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jean-Marie Minot, la passion de la mine

Publié le par REVEL Stephane

Ce retraité fait partie des bénévoles qui ont réparé et entretiennent les machines des anciennes installations minières d’Oignies, dans le Pas-de-Calais, un site entré samedi 30 juin au patrimoine mondial de l’Unesco.

Quand Jean-Marie Minot fait visiter la salle des machines du « 9-9 bis », le carreau de fosse d’Oignies (Pas-de-Calais), il parle d’« œuvres d’art ». « Cette spire a été faite à la main », insiste-t-il en montrant un énorme bloc de métal noir, une pièce du treuil qui servait à remonter les mineurs et le charbon du fond de la mine. « Et toutes les machines sont en état de marche, elles peuvent tourner, précise-t-il. Cela représente des années de travail. » Des années à nettoyer, réparer, graisser, vernir…

Le guide bénévole fait partie des membres de l’association « Acccurso Seci » qui se sont investis pour restaurer ces mécanismes datant des années 1930 dans un site fortement symbolique : c’est par ce puits que fut extraite la dernière berline chargée de houille dans le Nord-Pas-de-Calais, en 1990. 

« On l’a fait pour sauver les installations »

« À l’époque, il était question de tout raser, rappelle-t-il. La majorité des gens disaient ‘la mine, cela a fait mourir des gens’. Mais cela en a aussi fait vivre et, sans le charbon, on aurait été un pays pauvre », estime-t-il.

Jean-Marie Minot n’est pas lui-même un ancien mineur. C’est un ex-responsable d’une entreprise de chaudronnerie, installé dans la région, qui se décrit comme un « passionné des mines », depuis toujours. 

Sa passion est telle qu’il est descendu au fond une bonne vingtaine de fois en visiteur avec ses « copains », à partir de 1970, avant de participer à l’élan de mobilisation qui a abouti au sauvetage d’un carreau de fosse finalement classé monument historique en 1994.

Le « 9-9 bis » d’Oignies est maintenant entré dans la liste de l’Unesco du patrimoine mondial de l’humanité, en même temps qu’une grande partie du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais. 

« C’est une reconnaissance. Mais on n’a pas fait tout ça pour être reconnus universellement. On l’a fait pour sauver les installations. Et quand on organise des visites, quand on rencontre des gens passionnés, on est payé de tous nos efforts. »

PASCAL CHARRIER (à Oignies) le 1/7/12 La Croix

Commenter cet article