Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’abattage à la pointerolle

Publié le par REVEL Stephane

Pour abattre le minerai dans les mines les mineurs du XV et XVIe siècle n’utilisent qu’un nombre limité d’outils tous actionnés par la force humaine.
Le De re metallica et le Schwazerbergbuch (1) présentent des pics, des masses et des coins, des barres à mine et surtout des marteaux et des pointerolles de dimensions et de formes différentes.
Les recherches archéologiques ont démontré que le marteau et la pointerolle ont servi au creusement de la majorité des mines de la fin du Moyen Age et  de la Renaissance.
Les pointerolles avaient une longueur de 7 a 12cm, contrairement aux modèles antiques elles étaient emmanchées, ceci permettait une meilleurs précision dans le travail.
Les mineurs partaient chaque jour avec un jeu de huit à douze pointerolles de manière à pouvoir les changer quand celles-ci s’émoussaient ou bien se casser.
Un artisan majeur  etait le maitre forgeron qui affutait, réparer les pointerolles et les réaliser à partir de bloc de fer doux plus facile à travailler et moins cher que l’acier, seule la pointe était en acier.
L’avancement était dans les roches dures de 2,5 mètres par mois, le foncage a deux hommes apporte un gain de temps appréciable.
Le premier mineur a genoux perce une galerie haute de 1 mètres, quelques mètres derrière lui un second mineur amène la galerie à la taille souhaité et s’assurant de la planimétrie de celle-ci afin d’assurer évacuation des eaux.
La forme des galeries est très particulière car elles sont de section régulière en trapèze.
La difficulté venait quand il fallait amorcer le front de taille, la technique consistait alors à enfoncer 4 pointerolles pour former une pointe de diamant au centre, on appelait ça creuser le bouchon,
Apres avoir ouvert le bouchon il est plus facile de creuser la roche en partant du centre vers les bords en enlevant des esquilles de roche
Les cadences d’avancement était très lente de l’ordre de 10 mètres par an ce qui représente entre 10 et 50 tonnes de déblais,

Commenter cet article