Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'après-minier secoue encore l'Alsace et la Lorraine

Publié le par REVEL Stephane

La gestion des 44.000 tonnes de déchets miniers stockés en sous sol se précise. L'Etat prévoit 100 millions d'euros d'investissements ?

La mine, quand elle ne rapporte pas, peut coûter très cher. L'Etat a annoncé en décembre qu'il prévoyait 100 millions d'euros pour gérer les pollutions des anciennes mines de potasse de Stocamine au nord de Mulhouse, soit 44.000 tonnes de déchets industriels dangereux stockés à 500 mètres de profondeur. Delphine Batho, ministre de l'Ecologie, a confirmé qu'elle suivait l'avis des experts mandatés par la Commission locale d'information et de surveillance (CLIS), rendu en 2011.

« Le scénario préconisé est la pose de scellements, le retrait des déchets les plus dangereux et la mise en place d'une surveillance de la nappe. Il garantit l'absence d'impact significatif sur cette nappe. Des travaux trop importants de retrait présenterait des inconvénients pour la sécurité de ceux qui seraient amenés à intervenir », résume le préfet du Haut-Rhin. Une part des déchets sera évacuée vers un site spécialisé en Allemagne, le reste demeurant au fond.

L'enquête consécutive au sinistre -qui a entraîné la fermeture du site -a néanmoins mis en lumière des incertitudes. La communication est restée floue sur les tonnages à extraire et à conserver. « Un volume de 11.000 tonnes contenant du mercure, cyanure ou arsenic est crédible », considère une source proche du dossier.

« Nous savons que des conteneurs de produits toxiques sont endommagés et qu'il faudra les transférer sur place dans des contenants sécurisés. Par ailleurs, les incertitudes sur les quantités à manutentionner et les toxicités potentiellement extrêmement élevées rendent les opérations complexes, surtout à 500 mètres sous terre », estime l'un des experts mandaté par la Clis .

La procédure prévoit le dépôt par Stocamine du dossier de fermeture puis sa soumission à la Dreal Alsace. Le démarrage du chantier est prévu fin 2013. D'ici là, l'Etat devra trouver les entreprises capables de mener à bien ce chantier.

Affaissements miniers

La Lorraine, elle aussi, attend une solution aux affaissements miniers qui frappent près de 500 communes de Moselle. Ce devrait être dans les prochaines semaines que le Conseil d'Etat se prononcera sur les demandes du collectif de défense des bassins miniers de Lorraine quant à la responsabilité de l'Etat.

Faute de pouvoir se retourner contre le concessionnaire et ses assureurs, les collectivités n'ont d'autre recours que de s'adresser à l'Etat, censé se substituer au concessionnaire défaillant. Ce qui suppose une réforme du code minier afin d'accélérer les procédures.

 

Par Didier Bonnet et Pascal Ambrosi | 17/01 Les Echos

Commenter cet article