Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La dernière gueule noire de Noyant-d'Allier

Publié le par REVEL Stephane

Descendu dans les profondeurs de la mine à l'âge de 15 ans, Wladyslaw Gawlas est le dernier survivant de l'époque minière de Noyant-d'Allier.

À son arrivée sur l'esplanade de la mine désaffectée de Noyant-d'Allier, Jeanine Pelletier, membre de l'association des Amis de la mine, l'accueille tendrement : « Jean, on l'adore, c'est un membre toujours aussi impliqué. En plus, c'est le dernier survivant, alors on en prend soin ».

Dans le petit monde de la mine, Wladyslaw Gawlas, dit "Jean le minier", c'est un peu la mascotte. Pourtant, il n'a été que deux ans « galibot » (1) dans les profondeurs de l'exploitation de Noyant.

 

Son léger accent bourbonnais ne trahit rien de ses origines polonaises : « Nous, on s'est intégrés vite fait, on parlait français avec les copains. Pour nos parents, c'était plus dur de passer la barrière de la langue ». Arrivé à Noyant à deux ans et demi, il est scolarisé à l'école élémentaire du village. À 15 ans et demi, il fait sa première descente à la mine.

 

Des 10 heures quotidiennes passées dans les profondeurs opaques de la mine, il concède que « c'était un travail assez pénible. À mes débuts, je devais remplacer le vide causé par l'extraction de charbon, jusqu'à la recette (2), en remblayant l'espace avec des rochers ». Avec plus d'expérience, la besogne n'en devient pas moins pénible, « l'extraction du charbon était une mission physique et délicate, on travaillait à la verticale comme des singes ».

Marie Renaud

 

(1) Jeune apprenti.

(2) Intersection entre la cage (ascenseur) et la galerie.

 

L'intégralité de l'article dans notre édition de demain mardi.

La Montagne lundi 20 juin 2011 - 14:52

Commenter cet article