Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ST FELIX DE PALLIÈRES Attention terrain miné !

Publié le par REVEL Stephane

Neuf mois après l’envoi d’un courrier fleuve auprès du Préfet du Gard puis des ministres pour s’inquiéter de l’impasse sanitaire et administrative dans laquelle barbote sa commune et certains de ses habitants (voir ici), le maire de St Félix de Pallières a obtenu la mise en place d’une première table ronde en Préfecture le 10 avril dernier.

Si personne aujourd’hui ne peut dire qu’il n’est pas au courant, la situation à St Félix ayant fait l’objet de nombreux reportages nationaux dans Le Nouvel Obs et Libération avant que les chaines TV ne s’en emparent, il manque toujours une pièce essentielle au dossier. En effet aucune analyse officielle  permettant de mesurer le degré de pollution du site n’a encore été rendue publique.  Or l’exploitation de la mine a été abandonnée dans les années 70 et les terrains revendus à des particuliers dont certains habitent sur le site et y organisent des manifestations de masse.

Le maire Gérard Rossignol a dans un premier temps posé des questions sur sa responsabilité en cas d’accidents survenant lors d’une manifestation. Il a déjà pris dans le passé un arrêté interdisant l’accès du chemin à certaines dates, ce qui lui a valu de perdre 1200€ au tribunal administratif sous prétexte que le risque d’incendie ne pouvait être prioritaire par rapport à l’exploitation (également agricole) des lieux.

Dans un si petit village isolé, on pourrait penser à de simples rivalités entre générations et modes de vie.  Le maire s’en défend en insistant sur le fait “que la manière dont les jeunes ont choisi d’habiter le site, en habitat précaire, fait partie de phénomènes de société nouveaux dont il faudra tenir compte”.  Tout le monde dans le conseil municipal n’est pas forcément aussi tolérant dans la forme, même si d’autres soutiennent ouvertement les associations qui œuvrent sur le site.

Mais voilà ! Les temps changent pour tout le monde et la vague écologique aidant, le risque sanitaire (s’il est prouvé) ne peut plus laisser indifférents les habitants des lieux eux-mêmes qui avouent avoir été piégés lors de l’achat de leur terrain. Une nouvelle association vient d’être créée dans le village en vue de faciliter d’éventuels dépistages sur les habitants du site minier. Retour à la case départ donc. “J’ai toujours dit que les mines s’en sortaient bien dans cette affaire. Ils s’en sont mis plein les poches, il est vrai en fournissant du travail au gens du coin, et puis ils sont partis en dépolluant selon les normes en vigueur en 1972!” explique le maire. “En tant que maire je n’ai affaire qu’à l’Etat. Je veux savoir s’il y a vraiment danger pour la vie humaine et j’irai jusqu’au bout  pour obtenir des réponses”. Après ? “J’ai peur que les réponses soient très juridiques”… poursuit-il, “pourtant il doit y avoir des solutions : Les communes de St Sébastien d’Aigrefeuille ou St Laurent le Minier tentent bien des expériences à l’aide de  plantes qui récupèrent les  métaux lourds, je crois”.

Raphaël MOTTE

raphael.motte@objectifgard.com

Commenter cet article