Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vestige des industries du passé à Riouperoux

Publié le par REVEL Stephane

Les premières industries de la vallée de la Romanche s'installeront à Riouperoux.
La première industrie à s'installer en 1829 est fondée par Jacques Milleret Lavauden il s'agit d'un haut fourneau produisant de la fonte.
Le minerai ainsi que le combustible (charbon de bois) était issu de la production locale.
Emile Gueymard ingénieur des Mines à Grenoble effectuera de nombreux perfectionnement et fera installer quatre fours à griller le minerai pour augmenter le rendement du haut fourneau.
Celui-ci fermera en 1861 il restera avec ceux de St Vincent de Mercuze et Forges d'Allevard comme le modèle de la sidérurgie dauphinoise au bois.
L'industrie suivante sera une papeterie installée par Jean Baptiste Neyret industriel stephanois.
La présence d'eau et de bois en abondance justifie l'implantation de cette industrie en 1870.
La force hydraulique sert à entraîner les défibreurs et autres machines à papier.
La démolition des bâtiments en 1993 mettra à jour les restes d'une ancienne conduite forcée datant de 1869 seul vestige de cette époque.
L'année 1893 verra l'arrivée du chemin de fer des Voies Ferres du Dauphiné assurant la ligne Vizille Le Bourg d'Oisans permettant ainsi un transport plus facile des matières premières et produits finis.
Au début du XXe siècle Riouperoux se transformera avec l'arrivée de l’industrie électrométallurgie et électrochimique sur les sites des Clavaux et de Livet.
La papeterie fermera ses portes en 1912 laissant sa place aux installations de production d'aluminium et ferro-alliage grâce à la production électrique de la Romanche.
Aux Clavaux notamment les fours électriques furent un lieu d’expérimentation et d’amélioration pour la production d'aluminium.
Le site fermera brutalement en 1986 puis il sera rayé de la carte en 1993.
Aujourd'hui on peut voir quelques vestiges de trémie sur les bords de la route.

Commenter cet article